Châtaigne (ou marron) les divas de l’automne

Châtaigne (ou marron) les divas de l’automne
Dans ce billet, nous allons à la découverte de cette star de l’automne et du début d’hiver qu’est la châtaigne…

Festive de nos jours, la châtaigne (castanea sativa) a longtemps été considérée comme l’aliment nourricier basique, la viande du pauvre. Ce fruit à pain était providence dans les contrées montagneuses où la culture des céréales était limitée, voire impossible, comme l’Ardèche, la Corse, les Cévennes et l’Auvergne. Ramassée à l’automne et conservée bien au frais pendant l’hiver. Séchée on en fait de la farine. 

Ainsi la châtaigne n’échappe-t-elle pas à cette règle pleine de générosité naturelle qui veut que chaque saison, la nature fournisse les fruits et légumes nécessaires à la vie.

Elle est le fruit comestible du châtaignier, on utilise le terme marron pour désigner une variété de châtaignes plus grosses, un seul fruit pas de bogue (enveloppe piquante du fruit).

Dans le langage courant, on utilise plus volontiers le nom de marron pour les préparations :
Marrons glacés, crème de marrons, dans les rues on entend à la crié « chauds chauds les marrons ». La châtaigne et le marron sont donc le même fruit ne pas confondre avec le fruit du marronnier d’inde qui se trouve dans nos villes ou dans les cours d’école qui lui n’est pas comestible. Par contre ramasser un gros marron (du marronnier d’inde) et le garder dans sa poche, éloignera vos douleurs articulaires
 

Cueillette et valeurs nutritionnelles

La cueillette de la châtaigne se fait d’octobre à novembre selon les années et les variétés, elle se récolte une fois tombée de l’arbre.

C’est un féculent qui ne contient pas de gluten avec une forte teneur énergétique.

Elle peut être consommée comme féculent au cours d’un repas.

Très fraîche, elle est composée de 50 à 60 % d’eau, de 3 à 7 % de protides, de 0,5 à 2,5 % de lipides, de 30 à 35 % de glucides, de 1 à 10 % de cellulose, de vitamine A, B et surtout B1 et B2 de vitamine C de phosphore et potassium, fer, sodium et de magnésium.
 

Cuisiner la châtaigne

Avant de les cuire, les rincer dans un volume d’eau, celles qui surnagent sont souvent véreuses.
On les cuit au four ou à l’eau.

Vous pouvez accompagner les volailles, osez aussi avec certains poissons comme le saumon ou la lotte, avec du riz, un confit d’oignons, de l’ail confit, du potiron ou de la courge.

Elle s’harmonise bien avec la vanille, le chocolat…
 
À découvrir notre recette de Mousse de châtaigne au saumon fumé.